FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aillet.
Pierre-Gabriel Ailliet
Pierre-Gabriel Aillet
Origine Flag of France France
Allégeance Royal Standard of the Kingdom of France Royaume de France
Flag of France (1790-1794) Royaume de France
Flag of France République française
Flag of France Empire français
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Arme Infanterie
Grade Chef de bataillon
Années de service 17811820
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Bataille de Stockach
Distinctions Légion d'honneur

Pierre-Gabriel, chevalier Ailliet et de l'Empire (24 février 1762 - Auxonne, province de Bourgogne3 juillet 1822 - Dijon, Côte-d'Or), est un militaire français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie Modifier

Soldat le 4 novembre 1781 dans le 1er bataillon du régiment de Picardie-infanterie, devenu 2e de l'arme en 1791, 3e demi-brigade d'infanterie en l'an II, 8e demi-brigade de ligne en l'an IV, et enfin 8e régiment de la même arme en l'an XII, il passa caporal le 10 novembre 1787, sergent le 1er janvier 1790, fourrier le 1er mars suivant, sergent-major le 1er janvier 1791, adjudant-sous-lieutenant le 4 mai 1792, lieutenant le 1er décembre de la même année, et capitaine le 5 prairial an II.

Guerres révolutionnaires Modifier

Il fit les campagnes de 1792 à l'an IX aux armées de Belgique, du Nord, de Batavie, du Danube et du Rhin. À l'affaire de Stockach, le 5 germinal an VII, il prit le commandement du régiment qui se débandait, le rallia, le remit en ligne, et sauva la division menacée par un ennemi supérieur en forces.

Appelé en l'an X à l'expédition de Boulogne, et de l'an XI à l'an XIII à l'armée de Hanovre, l'Empereur lui donna la décoration de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII.

Guerres napoléoniennes Modifier

Il fit partie de la Grande Armée de l'an XIV à 1809, pendant les campagnes d'Autriche (1805), de de Prusse (1806), de de Pologne (1807) et d'Allemagne (1809), et reçut le grade de chef de bataillon au 30e régiment de ligne le 16 septembre 1806.

Blessé d'un coup de canon à la cuisse gauche à la bataille de Wagram, il devint commandant d'armes le 13 août suivant, sans commandement distinct.

Rentré en France et employé à Dijon le 11 septembre 1810 comme président du conseil de guerre permanent de la 18e division militaire, et nommé commandant d'armes de la place de Dijon le 17 juin 1812, il en remplit les fonctions jusqu'à l'entrée des troupes alliées le 19 janvier 1814. Attaché à l'état-major du général de division comte de Lagrange le 8 février suivant, il servit en cette qualité jusqu'au 1er juin de la même année, époque à laquelle il rentra dans ses foyers.

Commandant d'armes de Saint-Florent (Corse) le 18 décembre 1814, il cessa ses fonctions le 1er juillet suivant, et obtint sa retraite le 1er janvier 1820.

Il est mort à Dijon (Côte-d'Or), le 3 juillet 1822.

Titres Modifier

Décorations Modifier

Armoiries Modifier

Figure Blasonnement
Orn ext chevalier de l'Empire CLH
Blason à dessiner
Armes du chevalier Ailliet et de l'Empire

D'or au chevron d'azur accompagné en chef de deux étoiles d'azur et en pointe d'une grenade de sable, allumée de gueules ; à la bordure de gueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires.[2],[3]

Annexes Modifier

Bibliographie Modifier

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 4, Bureau de l'administration, 1844 [lire en ligne (page consultée le 16 nov. 2009)]  ;

Notes et références Modifier

  1. L'appellation Chevalier de la Légion d'honneur n'est créée que sous la seconde Restauration.
  2. Tout sur l'héraldique : dessin de blasons et d'armoiries sur toutsurlheraldique.blogspot.com
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, 1861, 1171 p. [lire en ligne (page consultée le 16 nov. 2009)] , et ses Compléments sur www.euraldic.com

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .