FANDOM


Erreur dans {{ébauche}} : le thème « personnalité française » n’est pas défini.
[[Catégorie:Aigles et Lys:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres personnalité française]]
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Estève.

Martin-Roch-Xavier Estève

Portrait de M. Estève, administrateur de la Prusse, Frédéric Christophe d'Houdetot (1778–1859), crayon, rehaut fusain, Berlin, 1806. Conservé au Conseil d'État,

Naissance 1772
Décès 1853 (à 81 ans)
Nationalité française
Profession Administrateur
Autres activités
Trésorier général de la Couronne

Martin-Roch-Xavier Estève (17721853), fut le trésorier de Napoléon Ier sous le Premier Empire.


BiographieModifier

Engagé en 1792, Estève commence dans les services de la « paierie aux armées », puis passe trois ans comme « directeur général-comptable des revenus publics ».

Payeur général de l'armée d'Orient, Estève suivi le premier consul dans les campagnes d'Italie et d'Égypte, et se distingua toujours par sa fidélité et son zèle à s'acquitter des emplois qui lui furent confiés.

Il fut ensuite attaché à la maison civile de Napoléon comme Trésorier général de la Couronne, il logeait en cette qualité dans le palais impérial des Tuileries.

Trésorier du gouvernement en 1801, de l'Empereur en 1804, il est chargé après Iéna (1806) de gérer les finances prussiennes comme « administrateur-général des finances et domaines des pays conquis au-delà de l’Elbe ». Il est fait Comte de l'Empire le 24 février 1809.

Disgracié[1] en 1811, il céda sa fonction de trésorier général de la couronne au baron de La Bouillerie, qui contrairement à ce que fit son successeur, livra une partie du trésor au comte d'Artois.

Vie familiale Modifier

Il eut au moins un fils :

Fonctions Modifier

Publications Modifier

  • Mémoire sur les finances de l'Égypte, depuis sa conquête par le sultan Sélym Ier, jusqu'à celle du général en chef Bonaparte.

Titres Modifier

Distinctions Modifier

Hommage, honneurs, mentions... Modifier

« Il m’était chaudement attaché ; il m’eût conduit mon trésor par force à Fontainebleau. S’il ne l’eût pu, il l’aurait enterré, jeté dans les rivières, distribué, plutôt que de le livrer. »

— Napoléon Ier, Le Mémorial de Sainte-Hélène, 2 juin 1816.

Armoiries Modifier

« Écartelé : au 1 du quartier des Comtes Officiers de la Maison de l'Empereur ; au 2, de gueules, à une étoile d'argent ; au 3, de gueules, à une levrette passant, colletée et contournée d'argent ; au 4, d'azur, à une tête d'ibis (« ou d'Isis ») d'or.[2] »

Ou,

« Écartelé: aux 1 et 4, d'azur, à une tête d'Isis d'or; au 2, de gueules, à une étoile d'argent; au 3, de gueules, à un lévrier passant et contourné d'argent colleté.[3] »

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externesModifier

Bibliographie Modifier

Notes et références Modifier

  1. « www.napoleonica.org », Estève Trésorier de la couronne, administrateur de la Prusse (consulté le 15 février 2011)
  2. Jacques Declercq, « [[Héraldique napoléonienne]] et symbolisme [[Franc-maçonnerie|maçonnique]]. », sur gen.declercq.free.fr,‎ septembre 2004 (consulté le 31 juillet 2011)
  3. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (I & II), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 [lire en ligne] 
Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .