FANDOM


Le château de Beaumanoir est édifié par la Famille de Beaumanoir au XIIIe siècle.

Après avoir été détruit au XVIe siècle lors des guerres de la Ligue, il est reconstruit en 1628 par la Famille Peschart[1].

Le château devient en 1700 la propriété de la Famille de Langle, dont la branche portant le nom de Langle-Beaumanoir le détiendra jusqu'en 1947.

Sur le fronton en arc brisé d'une porte monumentale datée de 1628, sont sculptées les armoiries de la famille de Langle-Beaumanoir.

L'édifice est vendu au département des Côtes-d'Armor en 1963 et devient un institut de rééducation.

Le fief de Beaumanoir, paroisse d'Évran, en qualité de baron, fut tenu chronologiquement par les :

Famille de Beaumanoir Modifier

Blason fam bzh Beaumanoir (de)

Armes de la Famille de Beaumanoir : D'azur aux onze billettes d'argent, posés 4,3,4.


Maison de Dinan, Branche de Montafilant Modifier

Fichier:Blason Jacques de Dinan, seigneur de Beaumanoir.svg

Maison de Montfort-Laval, Branche de Châteaubriant Modifier

Famille Peschart Modifier

Fichier:Blason Fam fr Peschart.svg

En 1637, Jean Peschart obtient l'érection de de Bossac et de La Thébaudaye en vicomté.

Famille Le Meneust Modifier

Fichier:Blason Fam fr Le Meneust.svg

Famille de Langle Modifier

Fichier:Blason fam fr de Langle.svg

(16839 mars 1749 - château de Boisgamats, Les Avenières), sieur de La Falluère, conseiller au Parlement de Bretagne,

  • et 12 autres enfants,

Sources et bibliographie Modifier

  • Alexandre de Couffon de Kerdellec, Recherches sur la chevalerie du duché de Bretagne, 1877-1878, 2 t., VIII-580 IX-569 p.,
  • Jérôme Floury & Eric Lorant, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d'après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l'Intendance du Conseil et du Parlement, 2000, III t.,
  • Napoléon-Charles-Bihi de Bréhant, Supplément à la généalogie de la maison de Bréhant en Bretagne, imprimée en 1867, suivi d'un index alphabétique général des noms propres, 1869,
  • Maurice du Boishamon, Les Bédée et l'ascendance maternelle de Chateaubriand, 1936, 64 p., 1re éd.,
  • Hervé Torchet, Réformation des fouages de 1426, diocèse ou évêché de Tréguier, 2003, 336 p., XLVI pl.,
  • Frédéric Saulnier, "La maison de Poix et la seigneurie de Fouesnel en Bretagne d'après des documents inédits", BMSAIV, 1881, t. XV, p. 205-315,
  • Pierre Le Baud, Histoire de Bretagne, avec les chroniques des maisons de Vitré, et de Laval par Pierre Le Baud, chantre et chanoine de l'eglise collegiale de Nostre-Dame de Laval, tresorier de la Magdelene de Vitré, conseiller & aumosnier d'Anne de Bretagne reine de France. Ensemble quelques autres traictez servans à la mesme histoire. Et un recueil armorial contenant par ordre alphabetique les armes & blazons de plusieurs anciennes masions de Bretagne. Comme aussi le nombre des duchez, principautez, marquisats, & comtez de cette province. Le tout nouvellement mis en lumiere, tiré de la bibliotheque de monseigneur le marquis de Molac, & à luy dédié: par le sieur d'Hozier, gentil-homme ordinaire de la Maison du roy, & chevalier de l'ordre de sainct Michel, 1638, [36], 537, [3], 217, [33] p,
  • Pierre Hollocou, "Justices royales en Cornouaille en 1532. La sénéchaussée de Gourin et ses juridictions seigneuriales (1532-1550)", BSAF, t. CXXXIII, 2004, p. 303-325,
  • Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 542,
  • Napoléon-Charles-Bihi de BREHANT, Supplément à la généalogie de la maison de Bréhant en Bretagne, imprimée en 1867, suivi d'un index alphabétique général des noms propres, 1869,
  • Dom Morice, 1742-6, Supplément, t. III, p. 216
  • Christian Martin, Beaumanoir, huit siècles d'histoire d'une baronnie, cercle culturel Rance Limon, 2002

Notes Modifier

  1. François Peschart qui était conseiller au Parlement de Bretagne
  2. Jérôme FLOURY & Eric LORANT, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d'après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l'Intendance du Conseil et du Parlement, 2000, III t.
  3. Source :
  4. Source : www.tudchentil.org Arrêt des commissaires de la réformation de la noblesse pour MM. Peschart
  5. Gabriel Peschart eut des différents très graves avec Louis du Bouexic, seigneur de Pinieux. Chassé de son manoir où sa femme était retenue prisonnière, il voulut y rentrer et fut assassiné dans la cour même de la Thébaudaye, le 1er septembre 1692, par deux gentilshommes du pays.
  6. Sources :
  7. Ancienne extraction, chevalier, réformation 1668, sept générations ; réformation, et montres de 1427 à 1536, évêché de Vannes. Sources :

Voir aussi Modifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .