FANDOM


Le premier château d'Acigné date du XIe siècle. Le château était appelé en 1240 la Motte d'Acigné. Il sera détruit en 1324 par Pierre Mauclerc, afin de punir Alain d'Acigné d'avoir pris parti pour Louis IX de France contre lui.

La seigneurie d'Acigné possédait un droit de haute justice. Châtellenie d'ancienneté, elle est érigée en marquisat en 1609. Elle sera la propriété des barons de Vitré, puis des familles Acigné, Cossé-Brissac, Lambert, Freslon, et Talhouët.

Origines Modifier

En 1010, Rivallon, baron de Vitré, cède le territoire d'Acigné à son troisième fils Renaud.

Liste des seigneurs d'Acigné Modifier

Maison d'Acigné Modifier

Article détaillé : Maison d'Acigné.
Blason fam bzh Acigné (d')

Armes de la Maison d'Acigné

Maison de Cossé-Brissac Modifier

Article détaillé : Maison de Cossé-Brissac.
Blason Maison de Cossé-Brissac

Armes de la Maison de Cossé-Brissac

Charles eut en partage de ses parents la seigneurie d'Acigné, et la fit ériger en marquisat en 1609.

Brissac et Marguerite de Gondi vendirent le 30 juillet 1657 le marquisat d'Acigné à René, fils de Jean Lambert ( † après le 20 octobre 1622), seigneur de Lesmon (Lemont/Lesmon/Lesmont), chevalier de l'ordre du roi, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi,

Famille Lambert Modifier

Renée Lambert et son fils Jean-François Freslon prirent le titre de marquis d'Acigné. Jean-François mourut sans postérité.

Tout en laissant son petit-fils prendre le titre de marquis d'Acigné, René Lambert conservait la propriété de cette seigneurie.

Famille Freslon Modifier

Fichier:Blason fam fr Freslon de La Freslonnière.svg

René Lambert mourut ruiné. Ses terre et seigneurie d'Acigné furent mises judiciairement en vente et achetées par Claude Freslon, seigneur de La Touche-Trébry, demi-frère de Jean-François Freslon dit marquis d'Acigné.

Famille de Talhouët Modifier

Blason fam bzh Talhouët de Bonamour (de)

Armes de la Famille de Talhouët de Bonamour [6]: D'argent à trois pommes de pin versées (la tige en bas) de gueules[7]. Devise[8] : Nil altius

Annexes Modifier

Sources et bibliographie Modifier

  • René Couffon, Le château de La Roche-Jagu, MSECN, 1968, t. XCVI, p. 35-53,
  • Jérôme Floury & Eric Lorant, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d'après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l'Intendance du Conseil et du Parlement, 2000, III t.,
  • Comtesse du Laz, La baronnie du Faouët, 1892, 57 p.
  • Valentine de Penfentenyo, Une très ancienne famille de Bretagne, les Penfentenyo, 1990, 179 p.
  • Frotier de la Messelière, Filiations Bretonnes, t. IV, p. 308,
  • Malcolm Walsby, The Counts of Labal : Culture, Patronage and Religion in Fifteenth-and Sixteenth-Century France, 2007, 220 p.,
  • Barthélemy Pocquet du Haut-Jusse, "Malestroit en Italie et l'Autonomie fiscale du Clergé breton", MSHAB, 1926, t. VII, première partie, p. 61-90
  • Anatole de Barthélemy, Généalogie historique des sires de Coëtmen, vicomte de Tonquedec en Bretagne, Revue Historique, Nobiliaire et Biographique, 1865, t. III, p. 303-309, 362-370,
  • Frédéric Saulnier, Le parlement de Bretagne 1554-1790, 1991, 2 t., LXIII-892-29 p., 2e éd.,
  • F-L. Jacquier, Archives Municipales de Nantes, cote : GG. 4,

Notes Modifier

  1. Il fit une donation à l'Abbaye de Marmoutier, à l'occasion de l'entrée de Guillaume son frère dans ce monastère.
  2. Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, 1997. Au moins, cinq rues portent son nom en Bretagne.
  3. Arrêts Lambert du 27/10/1668 et du 04/01/1669
  4. D'après www.genheral.com
  5. la famille de Freslon a été maintenue, par arrêt de la Chambre de Réformation du 12 octobre 1668, noble d'ancienne extraction de chevalerie
  6. Ancienne extraction, chevalier, réformation 1671, huit générations ; réformation et montres de 1427 à 1536, évêché de Vannes. Potier de Courcy, Tome II, page 580.
  7. D'après www.heraldica.org, Luz - Blasons - Noms - Lettre T et culture.cg44.fr
  8. Potier de Courcy

Voir aussi Modifier

Liens externes Modifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .