FANDOM


Erreur dans {{ébauche}} : le thème « Toulouse » n’est pas défini.
Erreur dans {{ébauche}} : le thème « avocat français » n’est pas défini.
[[Catégorie:Aigles et Lys:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres Toulouse]][[Catégorie:Aigles et Lys:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres avocat français]]
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Guy Desazars de Montgailhard.

Guillaume Desazars

Nom de naissance
Guillaume Joseph Jean François Desazars de Montgailhard
Naissance 5 novembre 1754
Toulouse
Décès 14 novembre 1831 (à 77 ans)
Toulouse
Nationalité Flag of France France
Profession Avocat
Magistrat
Distinctions

Guillaume Joseph Jean François Desazars, baron de Montgailhard né le 5 novembre 1754 à Toulouse, décédé le 14 novembre 1831 était un magistrat et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie Modifier

Élève au collège de Juilly, il débute une carrière d'avocat au parlement de Toulouse en 1782. Lors de la Révolution française, il occupe les fonctions d'administrateur du district, puis de président du tribunal civil de Villefranche-de-Lauragais (7 octobre 1792. D'origine noble, la terreur révolutionnaire l'oblige à se réfugier quelque temps dans l'armée des Pyrénées-Orientales auprès du général Dugommier. Puis il trouve un abri plus sûr dans les montagnes des Corbières (département de l'Aude).

Il reprend son siège de président à Villefranche le Année invalide (an IV), devient président du Tribunal d'appel de Toulouse et premier présidant de la cour d'appel de Toulouse le (1er juin 1804. En 1811, il est le premier président de la cour impériale, installée par le sénateur Démeunier.

Lorsque l'Académie des jeux floraux se réunit à nouveau sous l'Empire, il est l'un des premiers appelés à en faire partie : il y occupe le 34e fauteuil le 23 février 1806, neuf jours après son élection. On trouve au recueil, son éloge de Bernard-André de Miramont en 1807 et ses réponses aux remerciements de Alphonse d'Ayguesvives (1825) et de Simon-Armand Larrouy (1827).

Officier de la Légion d'honneur, trésorier de la 10e cohorte, il est fait baron de l'Empire par lettres patentes du 22 octobre 1810.

Il conserve ses fonctions de premier président durant la première Restauration puis durant les Cent-Jours. Ce n'est qu'au second retour des Bourbons, en 1815, qu'il est remplacé par Hocquart, avec le titre de premier président honoraire.

Il meurt le Année invalide (novembre). Ducos prononce son éloge le 27 mars 1833.

Vie familiale Modifier

Guillaume Desazars était le fils aîné du noble Jean-François Desazars[1] (4 octobre 171220 mars 1790, seigneur de Montgailhard[2], premier consul de la Bourse de Toulouse, capitoul en 1753, et de Jeanne-Marie de Peytieu (17298 juillet 1789).

Guillaume épouse Marie-Rose-Charlotte Pietro de Lombardi, d'où :

La descendance de Guillaume Desazars compte parmi les familles subsistantes de la noblesse française d'Ancien régime et du Premier Empire.

Armoiries Modifier

Figure Blasonnement
100 px Armes de la famille Desazars de Montgailhard sous l'Ancien Régime, Capitoul de Toulouse en 1753,

D'azur à la croix d'argent (ontrouve également d'or) cantonnée de quatre dés du même, portant tous quatre le point un de sable. [3],[4]

Blason modèle fr Armes parlantes Armes parlantes (Dés+hasard = Desazars).
Armes du Baron de Montgailhard et de l'Empire (lettres patentes du 22 octobre 1810)

Coupé, le I parti d'azur à un roc d'argent et du quartier des Barons Présidents ou Procureurs généraux en Cour impériale ; au II d'or à un navire de sable voguant sur une mer de sinople ; sur-le-tout d'azur à la croix d'or cantonnée de quatre dés d'argent, portant tous quatre le point un[3],[5].

Blason modèle fr Armes parlantes Armes parlantes (Dés+hasard = Desazars).

Annexes Modifier

Bibliographie Modifier

Notes et références Modifier

  1. Jean-François Desazars reçut en donation le 19 août 1771, de messire Claude-Louis de Lourdes, seigneur et marquis de Montgailhard, les terres et seigneuries de Montgailhard avec tous ses fiefs, droits utiles et honorifiques de la dite seigneurie, sise dans les Hautes-Corbières, au diocèse de Narbonne, sénéchaussée de Limoux. Il siégeait à l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Toulouse en 1789.
  2. La bonne orthographe est « Montgaillard », mais l'usage est « Montgailhard ». Il s'agit du village de Montgaillard (Aude).
  3. 3,0 et 3,1 Armorial de J. B. RIETSTAP - et ses Compléments
  4. Source : www. newgaso. fr
  5. Source : www. genheral.com

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .