FANDOM


Erreur dans {{ébauche}} : le thème « militaire italien » n’est pas défini.
[[Catégorie:Aigles et Lys:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres militaire italien]]
Gaétan Camille Thomas Paroletti
P vip
Surnom
Camille Thomas,
chevalier Paroletti-Gaétan
Origine Flag of Piedmont Piémont
Allégeance Flag of the Repubblica Cisalpina République cisalpine
République piémontaise
Flag of France Empire français
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Flag of France Empire français (Cent-Jours)
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Conflits Guerres napoléoniennes
Commandement Département de la Haute-Loire
(Cent-Jours)
Distinctions Légion d'honneur
(Officier)
Ordre royal et militaire de Saint-Louis
(Chevalier)
Famille Frère puîné de Victor-Modeste Paroletti

Camille Thomas, chevalier Paroletti-Gaétan (30 décembre 1769 - Turin27 février 1826 - Paris), fut un militaire italien du XIXe siècle.

Biographie Modifier

Camille Thomas, chevalier Paroletti-Gaétan, frère puîné de Victor-Modeste Paroletti, naquit à Turin, le 30 décembre 1769. Il était destiné à l'état ecclésiastique par sa famille, et y entra fort jeune. Mais il renonça à cet état lorsque le général Bonaparte fit sa première entrée en Italie.

Il saisit avec empressement cette occasion pour renoncer aux ordres et se livrer à la profession des armes, dans laquelle il obtint un avancement rapide.

Nommé chef de bataillon dans l'armée cisalpine, il retourna en Piémont, au service de la république piémontaise, avec le grade de colonel et le titre d'adjudant-commandant (an IX). Le roi de Sardaigne avait alors perdu ses États de terre-ferme.

Il fut ensuite employé avec le même grade dans l'armée révolutionnaire française, lorsque le Piémont fut réuni à la république française.

Il se fit remarquer par son courage et ses talents militaires pendant les campagnes d'Italie.

Il servit dans la campagne de 1809 contre l'Autriche, où il fut blessé et fait prisonnier.

Après son échange, il servit avec la même distinction en Espagne et fut élevé au grade de général de brigade par décret du 26 septembre 1813.

Il passa en Allemagne avec le corps d'armée du Maréchal Gouvion-Saint-Cyr, et se trouva avec lui dans toutes les affaires de la campagne désastrueuse de 1813, ainsi qu'à la capitulation de Dresde, conclue, le 11 novembre, et méconnue quelques jours après par les alliés.

Rentré en France après la première Restauration, le général Paroletti fut maintenu dans son grade par le roi, et nommé chevalier de Saint-Louis le 24 septembre 1814 et officier de la Légion d'honneur le 17 janvier 1815.

Pendant les Cent-jours, en 1815, il commandait dans le département de la Haute-Loire.

Mis à la demi-solde, après la seconde Restauration, il se fit naturaliser français. Il habita, avec son frère Victor-Modeste Paroletti, à Paris jusqu'à sa mort, arrivée le 27 février 1826.

Vie familiale Modifier

Camille Thomas, chevalier Paroletti-Gaétan, était le frère puîné de Victor-Modeste Paroletti

États de service Modifier

Campagnes Modifier

Faits d'armes Modifier

Blessures Modifier

Autres fonctions Modifier

Décorations Modifier

Titres Modifier

  • Chevalier Paroletti-Gaétan.

Hommage, honneurs, mentions Modifier

Règlement d'armoiries Modifier

Annexes Modifier

Bibliographie Modifier

  • Antoine Jay, Étienne de Jouy et Antoine-Vincent Arnault, Biographie nouvelle des contemporains : ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers; précédée d'un tableau par ..., vol. 16, Librairie historique, 1824 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2009)]  ;
  • Joseph-François Michaud et Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne : ou, Histoire, par ordre alphabétique: de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, vol. 76, 1844 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2009)] .

Notes et références Modifier

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externesModifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .