FANDOM


Cet article présente et décrit les armoiries des nobles sous le Premier Empire en France.

L'Empereur Modifier

Figure Blasonnement
100px

Grandes Armes Impériales (1804-1815)2

Napoléon Ier,

D’azur à l’aigle impériale d’or, empiétant un foudre du même. La couronne, fermée et sommée d’un globe surmonté d’une croix recroisetée, utilise les aigles comme arceaux, intercalés entre des plumes stylisées. Le sceptre et la main de justice reproduisent les honneurs de Charlemagne utilisés pendant le sacre. Le grand collier de l’Ordre de la Légion d’honneur entoure l’écu. Le manteau de gueules, doublé d’hermines au naturel, semé d’abeilles d’or et frangé de même, porte un galon de sarments et de grappes. Les deux angles visibles du manteau montrent deux étoiles pentagrammiques d’or[1],[2],[3],[4].

Les Impératrices Modifier

Figure Blasonnement
190px Marie-Josèphe-Rose de Tascher de La Pagerie, dite Joséphine de Beauharnais (23 juin 1763 - Les Trois-Îlets, Martinique29 mai 1814 - Rueil-Malmaison), Impératrice des Français, reine d’Italie, 1re duchesse de Navarre et de l'Empire (lettres patentes du 9 avril 1810),

D’azur à l’aigle impériale d’or, les ailes étendues, empiétant un foudre du même. Au manteau de gueules, semé d’abeilles d’or, frangé d’or, doublé d’hermines, à la couronne impériale sommée d’un globe surmonté d’une croix recroisetée[1]

190px Marie-Louise d'Autriche (12 décembre 1791 - Vienne (Autriche)17 décembre 1847 - Parme), Impératrice des Français et reine d’Italie (1810-1814), duchesse de Parme (18141847),

Accolé de France et d'Autriche, qui est parti de deux traits ; au premier d'or au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'azur ; au deuxième de gueules a la fasce d'argent ; au troisième d'or à la bande de gueules, chargée de trois alérions d'argent. Au manteau de gueules, semé d’abeilles d’or, frangé d’or, doublé d’hermines, à la couronne impériale sommée d’un globe surmonté d’une croix recroisetée[1],[4]

Grands dignitaires de l'Empire Modifier

Figure Blasonnement
Grandes armes du Royaume de Naples2 Joseph Bonaparte, Grand électeur,

Grandes armes du Roi de Naples : Gironné de 15 pèces : I, en forme de franc-quartier, d'or, à une triquêtre issante d'une tête de Mercure de carnation (Île de Sicile) ; II, d'or au cheval contouné et effaré de sable (de Naples (ancien)) ; 3, d'azur, à deux cornes d'abondance d'or, passées en sautoir (du Labour) ; IV, coupé en A d'azur à une comète d'argent chevelée d'or, en B d'argent à un vol d'azur ; V, d'or, à l'aigle de gueules, couronnée du champ, issante d'une fasce denchée et abaissée d'azur (de Basilicate) ; VI, d'argent, à la croix potencée de sable (de Basse-Calabre) ; VII, écartelé en sautoir d'or, à quatre pals de gueules et d'argent, à la croix potencée de sable (alias d'Aragon et de Basse-Calabre) (de Haute-Calabre) ; VIII, D'or, à quatre pals de gueules, au dauphin d'argent, plongeant vers la pointe, brochant sur-le-tout (d'Otrante) ; IX, écartelé en sautoir d'azur et d'argent, à la crosse d'or, brochante sur-le-tout (de Bari) ; IX, d'azur, à un Saint-Michel d'or, terrassant un diable de sable, sur une montagne à trois coupeaux du deuxième, issante de la pointe (de Capitanate) ; XI, de gueules, à une étoile à huit rais d'or, ceinte d'une couronne de feuillage du même (de Molise) ; XII, coupé de gueules, à la couronne à l'antique d'or, et d'argent. (de Haut-Principat) ; XIII, d'or, à la hure de sable, surmontée d'un joug de gueules (des Basses-Abruzzes) ; XIV, d'azur, à l'aigle d'argent, surmontant une montagne d'or, issante de la pointe (des Hautes-Abruzzes) ; XV, de gueules accompagnée de deux croisettes alesées le tout d'argent ; sur-le-tout d'azur, à l'aigle d'or, la tête contournée, au vol abaissé, empiétant un foudre du même (de Napoléon) dans son pavillon de gueules.[5]

Article détaillé : Armoiries de Joseph Bonaparte.
Coat of Arms of Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (Empire) Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Vice-Grand électeur (1807),

Parti : au I de gueules aux trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (Talleyrand-Périgord) ; au II d'or au sanglier sanglier passant de sable chargé sur le dos d'une housse d'argent (Bénévent) ; au chef des Princes souverains d'Empire brochant sur la partition. Re que Diou : RE QUE DIOU.[4],[5],[6],[7],

Grandes Armes du Royaume de Hollande (1808) Louis Bonaparte, Connétable de l'Empire,

Ecartelé : I et IV, de gueules, au lion d'or couronné du même, tenant dans sa patte dextre un faisceau de sept flèches d'argent, pointées et empennées d'or, et dans sa patte sénestre, une épée d'argent, garnie d'or (Provinces-Unies) ; II et III, d'azur, à l'aigle d'or, la tête contournée, au vol abaissé, empiétant un foudre du même (de Napoléon).[5]

Coat of Arms of Louis-Alexandre Berthier Louis-Alexandre Berthier, Vice-Connétable de l'Empire,

D'or, parti d'un trait, au premier, bras armé d'azur, rehaussé d'or, semé d'abeilles aussi d'or, tenant une épée haute en pal de sable, et chargé d'un bouclier de sablé au W d'or, à l'orle du même, entouré de la devise suivante : COMMILITONI VICTOR CÆSAR ; chef de grand dignitaire de l'Empire (Wagram) ; au deuxième, pal de gueules, chargé de trois chevrons d'argent ; chef de prince souverain (d'azur à l'aigle d'or, les ailes étendues, empiétant un foudre du même) (Neufchâtel).[4],[5],[6]

Article détaillé : Armorial de la Famille Berthier.
Blason Joachim Murat Grand-Duc de Clèves et de Berg (Orn ext) Joachim Murat, Grand Amiral de l'Empire,

Armes du Grand-duc de Berg et de Clèves : Parti : au I, d'argent au lion léopardé de gueules, armé, lampassé et couronné d'azur (Berg) ; au II, de gueules aux rais d'escarboucle, pommetés et fleuronnés d'or de huit pièces (Clèves) ; à l'ancre de sable à quatre becs brochant sur le parti. Sur le tout, d'azur à l'aigle d'or empiétant un foudre du même, la tête contournée.[5],[6],[8],[9]

Article détaillé : Armoiries de Joachim Murat.
FRA COA Jean-Jacques-Régis de Cambacérès Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, Archichancelier de l'Empire (Année invalide (an XII) (1804)),

D'or dextrochère au naturel, paré de gueules, rebrassé d'hermine, mouvant de sénestre, chargé des tables de la loi de sable ; le tout accompagné de trois losanges du même ; au chef des Princes Grands Dignitaires.[4],[5],[7],[10]

Grand coat of arms of Eugène de Beauharnais Eugène de Beauharnais, Archichancelier d'État (Année invalide (an XII) (1804)),

D'azur à l'aigle d'or empiétant un foudre du même, le foudre chargé d’un médaillon ovale d’argent surchargé d’un E de sable.[11]

FRA COA Charles-François Lebrun (1739-1824) (Empire) Charles-François Lebrun, Prince-Architrésorier de l'Empire (Année invalide (an XII) (1804)), Gouverneur Général des Départements de Hollande,

De sable, à une louve arrêtée d'or, soutenue du même, surmontée de deux billettes d'argent ; au chef des Princes Grands Dignitaires.[4],[5],[6],[7],[9]

Coat of Arms of Camillo Borghese Camille Borghèse, Grand dignitaire de l'Empire (Gouverneur Général des Départements au-delà des Alpes, 24 février 1808 - 27 avril 1814),

Parti : au I, d'azur, à un dragon ailé d'or (Borghesi), au chef du même, chargé d'une aigle de sable, becquée, membrée et couronnée d'or (Saint-Empire) ; au II, de gueules à l’ombrelle à galons de gueules et d'or, sommée d'un globe crucifère d’or, la tige en forme de lance chargée de deux clefs en sautoir avec les pannetons tournés vers l'extérieur et vers le haut, l'une d’or et l'autre d’argent, liées de gueules (gonfalonnier de l'Église) ; au chef de prince souverain brochant.[12]

Blason Elisa Bonaparte (1777-1820) orn Élisa Bonaparte, Grand dignitaire de l'Empire (« Grande Duchesse, ayant le Gouvernement général des Départemens de la Toscane »),

Ecartelé : I, d'or à six sphères mises en orle, cinq de gueules, celle en chef d'azur chargée de trois fleurs de lys d'or (de Médicis, pour la Toscane) ; II, coupé d'argent et de gueules (de Lucques) ; III, coupé de gueules et d'or au chef du premier chargé d'une aigle bicéphale de sable, un créquier de sable feuillé d'argent (alias d'un rameau d'épines de sinople en pal) brochant, chargé en abime d'un écusson de gueules à la bande échiquetée d'argent et d'azur, au chef d'argent à la croix de gueules (de Cybo-Malaspina, pour Massa et Carrare) ; IV, de gueules à deux barres d'or accompagnées de deux étoiles du même ; sur le tout d'azur, à l'aigle d'or, la tête contournée, au vol abaissé, empiétant un foudre du même (de Napoléon).[5],[13]

Grands officiers de l'Empire Modifier

Maréchaux de l'Empire Modifier

Figure Blasonnement
Coat of Arms of Louis-Alexandre Berthier Louis-Alexandre Berthier, Vice-Connétable de l'Empire,

D'or, parti d'un trait, au premier, bras armé d'azur, rehaussé d'or, semé d'abeilles aussi d'or, tenant une épée haute en pal de sable, et chargé d'un bouclier de sablé au W d'or, à l'orle du même, entouré de la devise suivante : COMMILITONI VICTOR CÆSAR ; chef de grand dignitaire de l'Empire (Wagram) ; au deuxième, pal de gueules, chargé de trois chevrons d'argent ; chef de prince souverain (d'azur à l'aigle d'or, les ailes étendues, empiétant un foudre du même) (Neufchâtel).[4],[5],[6]

Article détaillé : Armorial de la Famille Berthier.
Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Jean Lannes (1769-1809)
Jean Lannes (10 avril 1769 - Lectoure31 mai 1809 - Ebersdorf après la bataille d'Essling du 22 mai où il fut blessé à la fin des combats), général de brigade de cavalerie (nommé par le général Bonaparte à titre provisoire en septembre 1796, confirmé par le Directoire exécutif le 17 mars 1797), général de division (nommé par le général Bonaparte à titre provisoire le 10 mai 1799, confirmé par arrêté des consuls le 3 mai 1800), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804]), 1er prince de Sievers[14] et de l'Empire (décret signé de Napoléon Ier à Tilsit le 30 juin 1807[15]), 1er duc de Montebello et de l'Empire (15 juin 1808), grand aigle de la Légion d'honneur (2 février 1805, chef de la 9e cohorte), commandeur de l'ordre de la Couronne de fer (25 février 1806), grand-croix des ordres du Christ de Portugal (1805) et de Saint-Henri de Saxe, chevalier de l'ordre de Saint-André de Russie (1808),

De sinople, à une épée haute d'or ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[8],[16]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Adrien Jannot de Moncey (1754-1842)
Bon Adrien Jeannot de Moncey (31 juillet 1754 - Moncey20 avril 1842- Paris), général de brigade (18 février 1794), général de division (9 juin 1794), maréchal de l'Empire (19 mai 1804, destitué le 29 août 1815, réintégré le ), 1er duc de Conegliano et de l'Empire (2 juillet 1808, déchu de son titre (1815), réintégré dans le titre de son duché le 5 mars 1816), grand-croix de la Légion d'honneur (2 février 1805, chef de la 11e cohorte), grand dignitaire de l'ordre de la Couronne de fer[17], chevalier (2 juin 1814), puis, grand-croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (1823), chevalier de l'ordre du Saint-Esprit (30 septembre 1820), grand-cordon de l'ordre de Saint-Vladimir de première classe (février 1824), Pair de France (4 juin 1814, révoqué par l'ordonnance du 24 juillet 1815, réintégré le 5 mars 1819, Pair des Cent-Jours (2 juin 1815),

D'azur, à une main dextre d'or en fasce, ailée d'argent, tenant une épée en pal du même ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16],[18]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason André Masséna (1758-1817)
André Masséna (6 mai 1758 - Nice4 avril 1817 - Paris), général de brigade (22 août 1793), général de division (20 décembre 1793), général en chef de l'armée du Danube et d'Helvétie (1799), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), 1er Duc de Rivoli et de l'Empire (24 avril 1808), 1er Prince d'Essling et de l'Empire (31 janvier 1810), Grand aigle de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII), chef de la 14e cohorte), Commandeur de Saint-Louis (1814), Pair de France (2 juin 1815 (Cent-Jours)),

D'or, à la victoire de carnation ailée tenant d'une main une palme, et de l'autre une couronne d'olivier de sinople, accompagnée en pointe d'un chien couché de sable ; au chef des ducs de l'Empire brochant. Timbre: couronne de prince. Supports: deux lions couronnés. Devise: VICTOR ET FIDELIS[4],[5],[6],[16].

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Charles Pierre François Augereau (1757-1816)
Charles Pierre François Augereau (21 octobre 1757 - Paris12 juin 1816 - La Houssaye-en-Brie (Seine-et-Marne)), général de brigade (27 septembre 1793), général de division (23 décembre 1793), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), Duc de Castiglione et de l'Empire (lettres patentes du 26 avril 1808), Grand officier (Année invalide (an XII), chef de la 15e cohorte), puis grand aigle de la Légion d'honneur (1805), chevalier de Saint-Louis (2 juin 1814), grand-croix de l’ordre de Charles III d’Espagne, pair de France (4 juin 1814),

D'azur, au lion léopardé d'or, couronné du même ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16],[19]

Coat of arms of Jean-Baptiste Bernadotte Jean-Baptiste Jules Bernadotte (26 janvier 1763 - Pau8 mars 1844 - Stockholm), général de brigade (26 juin 1794, nommé sur le champ de bataille par le général Kléber), général de division (septembre 1794), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), 1er Prince de Pontecorvo et de l'Empire (5 juin 1806 - 21 août 1810), Prince héritier de Suède (21 août 1810 - 5 février 1818), Prince héritier de Norvège (4 novembre 1810 - 5 février 1818), roi de Suède et de Norvège (5 février 1818 - 8 mars 1844), Grand aigle de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII) (2 février 1805), chef de la 8e cohorte), grand collier de la Légion d'honneur[réf. nécessaire], Grand-croix des ordres de l'Aigle noir et de l'Aigle rouge de Prusse (1805), de Saint-Henri de Saxe, de l'Éléphant du Danemark (1805),

D'azur, au pont à trois arches d'argent, sur une rivière de même, ombrée d'azur, et supportant deux tours du second ; au chef des Princes souverains d'Empire brochant.[5],[6],[20],[21]

Article détaillé : Armorial de la Maison Bernadotte.
Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Nicolas Jean-de-Dieu Soult (1769-1851)
Nicolas Jean-de-Dieu Soult (29 mars 1769 - Saint-Amans-la-Bastide26 novembre 1851 - château de Soult-Berg, Saint-Amans-la-Bastide), général de brigade (11 octobre 1794), puis général de division (21 avril 1799), maréchal d'Empire (19 mai 1804), 1er duc de Dalmatie et de l'Empire (29 juin 1808), légionnaire (11 décembre 1803), puis, Grand officier (Année invalide (an XII) (14 juin 1804), chef de la 4e cohorte), puis, grand aigle de la Légion d'honneur (décret du Année invalide (an XIII) (1er février 1805)), commandeur de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (24 septembre 1814), commandeur de l'ordre du Saint-Esprit (30 mai 1825), grand-croix de l'ordre royal de Léopold, de l'ordre du Sauveur, de l'ordre de la Toison d'or, de l'ordre de Saint-Hubert de Bavière, Pair de France (2 juin 1815 (Cent-Jours), duc et pair (5 novembre 1827, lettres patentes du 8 octobre 1828),

D'or, à l'écusson de gueules, chargé de trois têtes de léopards du premier posées 2 et 1 ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[8],[16]

Blason inconnu Guillaume Marie-Anne Brune
Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier (1768-1835)
Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier (13 février 1768 - Le Cateau-Cambrésis28 juillet 1835 - Paris), général de brigade (23 février 1799), général de division (25 septembre 1799), Maréchal de l'Empire (19 mai 1804), 1er duc de Trévise et de l'Empire (2 juillet 1808), Grand aigle de la Légion d'honneur (1805, chef de la 2e cohorte), Chevalier (2 juin 1814), puis Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1820), Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit (1825), Grand cordon de l'ordre du Christ de Portugal (1805), Pair de France (4 juin 1814, 2 juin 1815 (Cent-Jours), annulé le 24 juillet 1815, Baron Mortier et Pair de France (5 mars 1819, lettres patentes du 16 juillet 1824)),

Écartelé, aux 1 et 4, d'or a buste de cheval de sable, celui du premier quartier contourné; au 2, d'azur au dextrochère d'or, armé de toutes pièces et tenant une épée haute d'argent; au 3, d'azur au senextrochère d'or, armé de toutes pièces, et tenant une épée haute d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16],[22]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Michel Ney (1769-1815)
Michel Ney (10 janvier 1769 - Sarrelouis (Lorraine) ✝ 7 décembre 1815 - fusillé à Paris, place de l'Observatoire), général de brigade (1er août 1796), général de division (28 mars 1799), général en chef de l'armée du Danube en remplacement de Masséna, Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), 1er duc d'Elchingen et de l'Empire (6 juin 1808), 1er prince de la Moskowa et de l'Empire (lettres patentes du 25 mars 1813), Grand aigle de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII) : 30 janvier 1805, chef de la 7e cohorte), Chevalier de Saint-Louis (1er juin 1815), Grand-croix de l'Ordre du Christ du Brésil (28 février 1806), Pair de France (4 juin 1814, 2 juin 1815, (Cent-Jours)),

D'or bordé d'azur, en cœur un écu du second, chargé d'un orle du champ, accosté de deux mains addossées, vêtues de sable, tenant des badelaires d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[8],[16]

Blason Jean Baptiste Jourdan (1762-1833) Jean-Baptiste Jourdan (29 avril 1762 - Limoges23 novembre 1833 - Paris), Maréchal d'Empire (19 mai 1804), Comte Jourdan et Pair de France (5 mars 1819, sans constitution de majorat[5],[23]), Légionnaire (2 octobre 1803), puis, Grand officier et chef de la 16e cohorte (14 juin 1804), puis, Grand-croix de la Légion d'honneur (2 février 1805), Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (2 juin 1814, Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit (30 mai 1825), Chevalier de l'Ordre de Saint-Hubert de Bavière,

D'azur, aux lettres JBJ enlacées d'or; à la bordure d'argent, besantée de sable.[5],[23]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Louis Nicolas d'Avout (1770-1823)
Louis Nicolas Davout (10 mai 1770 - Annoux1er juin 1823 - Paris), général de brigade (25 juillet 1793), général de division (5 juillet 1800), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), Seigneur de Lowicz (30 juin 1807), 1er Duc d'Auerstaedt et de l'Empire (2 juillet 1808, lettres patentes du 8 juillet 1808), 1er Prince d'Eckmühl et de l'Empire (15 août 1809, lettres patentes signées au Palais de Schönbrunn), Légionnaire (Année invalide (an XII) : 11 décembre 1803), puis Grand officier (Année invalide (an XII) : 14 juin 1804, et chef de la 6e cohorte), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII) : 2 février 1805), Chevalier de l'Ordre de la Couronne de fer, Chevalier de Saint-Louis (10 février 1819), Grand-croix des Ordres du Christ du Portugal (28 février 1806), grand-croix de Saint-Henri de Saxe (16 avril 1808), de Saint-Etienne de Hongrie (4 avril 1810), de l'Éléphant du Danemark, grand dignitaire du duché de Varsovie (17 avril 1809), pair de France (2 juin 1815 (Cent-Jours), duc et pair le 5 mars 1819, lettres patentes du 15 février 1823),

D'or, à deux lions léopardés rampants de gueules, tenant de la patte dextre une lance polonaise de sable, l'un en chef à dextre, et le second contourné en pointe à sénestre, bordure componée d'or et de gueules ; au chef des ducs de l'Empire brochant.Devises: 1° JUSTUM ET TENACEM; 2° VIRTUTI PRO PATRIA[4],[5],[16],[16],[24].

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Jean Baptiste Bessières (1768-1813)
Jean-Baptiste Bessières 6 août 1768 - Prayssac, en Quercy1er mai 1813 - Rippach, près de Weißenfels, pendant la préparation de la bataille de Lützen), général de brigade (18 juillet 1800), puis général de division (13 septembre 1802), Maréchal d'Empire (18 mai 1804), 1er duc d'Istrie et de l'Empire (mai 1809), Grand officier (Année invalide (an XII) (14 juin 1804)), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (2 février 1805), Commandeur de l'Ordre de la Couronne de fer, chevalier de l'Ordre de l'Aigle d'or de Wurtemberg, grand-croix de l'ordre de Saint-Henri de Saxe, et de l'ordre impérial de Léopold d'Autriche, chevalier de l'ordre du Christ de Portugal[25]

Écartelé : au I, d'azur, au lion rampant d'or ; au II, d'argent, à l'épervier essorant de sable ; au III, d'or, à la tour d'azur, ouverte de sable ; au IV, de gueules, au renard passant d'or ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[16]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Claude-Victor Perrin (1764-1841)
Claude-Victor Perrin (7 décembre 1764 - Lamarche (Vosges)1er mars 1841), général de brigade (à titre provisoire le 20 décembre 1793, confirmé par arrêté du gouvernement du Année invalide (an III)), général de division (18 janvier 1797), maréchal d'Empire (13 juillet 1807, 19e dans l'ordre), 1er duc de Bellune et de l'Empire (10 septembre 1808), Légionnaire (dans la 5e cohorte, le Année invalide (an XII) (3 décembre 1803)), puis Grand officier (Année invalide (an XII) (14 juin 1804)), puis Grand-croix de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII)), Chevalier (2 juin 1814), puis Commandeur (1816), puis Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1816), Chevalier Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit, Pair de France (17 août 1815, duc et pair le 31 août 1817, sans majorat ni [lettres patentes]),

Parti : au 1, d'azur, à un dextrochère, gantelé et brassardé d'argent, jointé, paré et cloué d'or, mouvant du flanc et tenant une épée d'argent, garnie d'or ; au 2, d'or, au lion de sable, à la fasce de gueules, brochant sur le lion ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Nicolas Charles Marie Oudinot (1767-1847) Duc de Reggio
Nicolas Charles Oudinot (25 avril 1767 - Bar-le-Duc13 septembre 1847 - Paris, inhumé aux Invalides), général de brigade (à titre provisoire le 14 juin 1794, confirmé le 13 juin 1795), général de division (12 avril 1799), maréchal de l'Empire (12 juillet 1809), comte Oudinot et de l'Empire (décret du 19 mars 1808, lettres patentes du 2 juillet 1808), puis 1er Duc de Reggio et de l'Empire (14 avril 1810), Légionnaire (11 décembre 1803), puis, Grand officier (11 juin 1804), puis, Grand aigle de la Légion d'honneur (6 mars 1805), grand chancelier de l'Ordre de la Légion d'honneur (17 mai 1839 - 21 octobre 1842), chevalier de l'ordre de la Couronne de fer, Chevalier (2 juin 1814), puis, Commandeur (24 septembre 1814), puis, Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (3 mai 1816), Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit (30 septembre 1820), Grand-croix de l'Ordre militaire de Maximilien-Joseph de Bavière, commandeur de l'ordre militaire de Saint-Henri de Saxe, pair de France (4 juin 1815 (Première Restauration), 24 juillet 1815 (Seconde Restauration), duc et pair le 31 août 1817 mais sans majorat ni lettres patentes, il eut rang de baron), membre du Conseil privé (19 septembre 1815),

Parti : 1, de gueules, à trois casques d'argent ; 2, d'argent, au lion de gueules, tenant une grenade de sable enflammée de gueules ; au chef des Ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[8],[16]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (20 juillet 1774 - Châtillon-sur-Seine22 mars 1852 - Venise), général de brigade (16 juillet 1798), général de division (9 septembre 1800), Maréchal de l'Empire (12 juillet 1809), Duc de Raguse et de l'Empire (28 juin 1808), Légionnaire (Année invalide (an XII) : 2 octobre 1803), puis Grand officier (Année invalide (an XII) : 14 juin 1804), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (Année invalide (an XIII) : 2 février 1805), commandeur de l'ordre royal de la Couronne de fer (Royaume d'Italie (1805-1814), Année invalide (an XIII) (1805)), Chevalier (1er juin 1814), puis Commandeur (3 mai 1816), puis Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (24 août 1820), Chevalier-Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit (30 septembre 1820), Chevalier de l'Ordre de l'Aigle d'or de Wurtemberg (29 février 1806), commandeur de l'ordre impérial de la Couronne de fer (Empire d'Autriche, 18 novembre 1817), Pair de France (4 juin 1814, duc et pair le 31 août 1817),

Écartelé : 1 et 4, d'argent, à trois bandes de gueules ; 2, d'or, à l'étendard de gueules, à la croix d'argent, posée en bande, la trable de sable ; 3, parti : a, d'azur, à la croix de Lorraine d'or ; b, de gueules, à l'épée flamboyante en pal d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant. Supports: deux léopards lionnés. Devise: PATRIAE TOTUS ET UBIQUE[4],[5],[6],[16].

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Étienne Jacques Joseph Macdonald (1765-1840) Duc de Tarente
Étienne Jacques Joseph Macdonald (17 novembre 1765 à Sedan25 septembre 1840, château de Courcelles-le-Roy, à Beaulieu-sur-Loire (Loiret)), général de brigade (26 août 1793), général de division (28 novembre 1794), maréchal d'Empire (12 juillet 1809), 1er Duc de Tarente et de l'Empire (9 décembre 1809), Légionnaire (Année invalide (an XII) : 16 octobre 1803), puis Grand officier (Année invalide (an XII) : 14 juin 1804), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (14 août 1809), Grand chancelier de la Légion d'honneur (2 juillet 1815), Chevalier (2 juin 1814), puis Commandeur (5 octobre 1815), puis Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1820), Chevalier-Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit (septembre 1820), Pair de France (4 juin 1814, duc et pair le 31 août 1817, lettres patentes du 18 février 1818),

Écartelé : au 1, d'argent, au lion de gueules ; au 2, d'or, à un dextrochère, armé de gueules, tenant une croix recroisettée au pied fiché du même ; au 3, d'or, à une galère de sable, pavillonnée et girouettée de gueules ; au 4, de sinople, au saumon d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[5],[6],[16]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason Famille Suchet Albufera
Louis Gabriel Suchet (2 mars 1770 - Lyon3 janvier 1826 - Marseille), général de brigade (Année invalide (an VI) (23 mars 1798)), général de division (Année invalide (an VII) (10 juillet 1799)), maréchal de l'Empire (8 juillet 1811), 1er comte Suchet et de l'Empire (19 mars 1808, lettres patentes du 24 juin 1808), 1er duc d'Albufera et de l'Empire (11 janvier 1813), Légionnaire (Année invalide (an XII) : 11 décembre 1803), puis Grand officier (Année invalide (an XII) : 14 juin 1804), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (8 février 1806, confirmé grand-croix de l'ordre royal de la Légion d'honneur le 16 août 1816), Chevalier de l'ordre de la Couronne de fer (23 décembre 1807), Commandeur de Saint-Louis (24 septembre 1814), chevalier de l'ordre du Saint-Esprit, commandeur de l'ordre de Saint-Henri de Saxe (22 septembre 1808), Pair de France (4 juin 1814, 2 juin 1815 (Cent-Jours), révoqué le 24 juillet 1815, réintégré par lettres patentes du 5 mars 1819, duc et pair avec dispense de majorat par autres lettres du 9 novembre 1824),

Parti de trois traits, coupé d'un autre, qui fait huit quartiers : au 1, d'or, à quatre vergettes de gueules, à trois fers de pique d'argent, 2 et 1, brochant sur le tout; au 2, d'argent, à une tour sommée de trois tourelles de sable; au 3, contre-écartelé, de gueules à une tour de sable, et d'or à un arbre de sinople; au 4, d'argent, à trois pals ondés d'azur; au 5, d'azur, à une galère d'argent de six rames, surmontée des lettres S A G, et acc. en pointe d'un dauphin et d'une coquille d'argent; au 6, d'or, à quatre vergettes de gueules, et un lis d'argent, brochant sur le tout; au 7, d'azur, à une tour sommée de trois tourelles de sable, sur une terrasse de sinople; au 8, d'or, à cinq étoiles d'azur, 2, 1 et 2. Sur le tout: coupé, au 1, parti, à dextre, d'azur à une épée d'argent, montée d'or; à sénestre, d'or à un demi-vol d'aigle renversé de sable; au 2 de gueules au pont d'or, sommé d'un lion passant du même tenant de la patte dextre un rinceau de grenadier d'or. Au chef des ducs de l'Empire brochant. Supports: deux léopards lionnés[5],[6],[16],[19],[23].

Orn ext Maréchal-comte de l'Empire GCLH
Blason Laurent Gouvion-Saint-Cyr (1764-1830)
Laurent de Gouvion-Saint-Cyr (13 avril 1764 - Toul17 mars 1830 - Îles d'Hyères), général de brigade (à titre provisoire le 5 juin 1794), général de division (à titre provisoire le 10 juin 1794, confirmé le 2 septembre 1794 (saute le grade de général de brigade)), général en chef (1797, 1798, 1799, 1801), Maréchal d'Empire (27 août 1812), Comte de l'Empire (mai 1808), Colonel-général des Cuirassiers (1804-1814), Légionnaire (2 octobre 1803), puis, Grand officier (14 juin 1804), puis, Grand aigle de la Légion d'honneur (2 février 1805), Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (31 août 1817), Pair de France (4 juin 1814, marquis-pair le 31 août 1817, lettres patentes du 29 mars 1819, sans majorat),

Coupé, au I, parti du quartier des Comtes militaires de l'Empire entouré d'une filière d'argent et d'azur à une étoile d'or ; au II, de sable.[5],[16]

150 px Józef Antoni Poniatowski (17631813), prince polonais et du Saint Empire romain germanique, maréchal d'Empire (1813), et Grand aigle de la Légion d'honneur

D'argent, au bœuf de gueules, sur une terrasse de sinople.

Emmanuel de Grouchy (23 octobre 1768 - Paris29 mai 1847 - Saint-Étienne), maréchal de camp (7 septembre 1792), général de division (à titre provisoire le 23 avril 1795, confirmé le 13 juin 1795), général en chef (1795, 1796-1797, 1800), Maréchal d'Empire (15 avril 1815 (Cents-Jours)), rétrogradé lieutenant-général (24 novembre 1819), Maréchal de France honoraire (19 novembre 1831), Comte de l'Empire (28 janvier 1809) puis marquis de Grouchy (1817), Grand officier (14 juin 1804), puis, Grand-croix de la Légion d'honneur (13 juillet 1807), Grand-croix de l'Ordre Militaire de Bavière (1807), Commandeur de l'Ordre de la Couronne de Fer (1809), Colonel général des Chasseurs à cheval (1809), pair de France (2 juin 1815 (Cent-Jours), 11 octobre 1832 (Monarchie de Juillet)),

D'or, fretté d'azur ; sur-le-tout d'argent, à trois trèfles de sinople ; au canton des Comtes Militaires de l'Empire brochant.[5],[16]

Sénateurs ayant titre de Maréchaux de l'Empire Modifier

Figure Blasonnement
Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason François Christophe Kellermann (1735-1820)
François Christophe Kellermann (28 mai 1735 - Strasbourg13 septembre 1820 - Paris), maréchal de camp (9 mars 1788), lieutenant général (9 février 1792), Maréchal de l'Empire (Année invalide (an XII) : 19 mai 1804), 1er Duc de Valmy et de l'Empire (mai 1808, doté du riche domaine Johannisberg), Grand officier (1802), puis Grand aigle de la Légion d'honneur (1er février 1806), Chevalier (1771), puis Commandeur (1792), puis Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1814), Grand-croix des Ordres de l'Aigle d'or de Wurtemberg (1807), de la Fidélité de Bade, et de Hesse, sénateur (Année invalide (an VIII), président le 2 août 1801, sénatorerie de Colmar), Pair de France (4 juin 1814, 2 juin 1815 (Cent-Jours), duc et pair le 31 août 1817, lettres patentes du 20 décembre 1817, sans majorat),

Coupé : au 1, de gueules, à un croissant versé d'argent ; au 2, d'argent, à trois pics de rocher de sinople, surmontés chacun d'une étoile de gueules ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[8],[16],[19],[23]

Orn ext Maréchal-Duc de l'Empire GCLH
Blason François Joseph Lefebvre (1755-1820)
François Joseph Lefebvre (25 octobre 1755 - Rouffach14 septembre 1820 - Paris), général de brigade (2 décembre 1793), général de division (10 janvier 1794), Maréchal de l'Empire (19 mai 1804), Duc de Dantzig et de l'Empire (titulaire du premier titre de noblesse d'Empire délivré par l'Empereur, décret du 28 mai 1807, lettres patentes du 10 septembre 1808), légionnaire (1803), puis grand officier (1804), puis puis grand aigle de la Légion d'honneur (30 janvier 1805, chef de la 5e cohorte), Chevalier de Saint-Louis (2 juin 1814), grand-croix de l'Ordre de Saint-Henri de Saxe,

Parti : au 1, d'azur, à un dextrochère, cuirassé d'argent, tenant une épée du même, garnie d'or ; au 2, d'or, à la fasce de sinople, chargé de deux hommes passants, conduisant chacun une femme, le tout d'argent, la fasce accompagnée en chef d'un vol de sable, et en pointe d'une croix pattée alésée du même ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16]

Orn ext Maréchal-comte sénateur de l'Empire GCLH
Blason Catherine-Dominique de Pérignon (1754-1818)
Catherine-Dominique de Pérignon (31 mai 1754 - Grenade-sur-Garonne25 décembre 1818 - Paris), Maréchal d'Empire (19 mai 1804), 1er Comte Pérignon et de l'Empire (1808), 1er Marquis de Perignon (31 août 1817), Légionnaire (2 octobre 1803), puis, Grand Officier (14 juin 1804), puis, Grand aigle de la Légion d'honneur (2 février 1805), Chevalier (1er juin 1814), puis, Commandeur le 3 mai 1816, puis, Grand-croix de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (24 août 1817), Grand dignitaire de l'Ordre des Deux-Siciles, sénateur (30 mars 1801 - 1814), Pair de France[23] (4 juin 1814, Marquis-pair le 31 août 1817, lettres patentes du 14 avril 1824),

D'azur, à un bélier passant d'argent, accorné d'or, la tête sommée d'une croix patriarcale du même[6],[23] ; au canton des Comtes Sénateurs brochant.[16] Devise: FAYRE PLA LAYSSA DIRE.

Orn ext Maréchal-comte sénateur de l'Empire GCLH
Blason Jean Mathieu Philibert Sérurier (1742-1819)
Jean Mathieu Philibert Sérurier (8 décembre 1742 - Laon21 décembre 1819 - Paris, inhumé aux Invalides), général de brigade (à titre provisoire le 25 juin 1793, confirmé le 22 août 1793), général de division (à titre provisoire le 22 décembre 1794, confirmé le 13 juin 1795), maréchal de l'Empire honoraire (18 mai 1804), maréchal de France honoraire (1er janvier 1819, comte Sérurier et de l'Empire (8 mai 1808), Légionnaire (2 octobre 1803), puis, Grand officier (14 juin 1804), puis, Grand aigle de la Légion d'honneur (2 mai 1805), Chevalier (30 juillet 1781), puis, Grand-croix de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis (30 septembre 1818), grand dignitaire de l'ordre de la Couronne de fer, Sénateur (27 décembre 1799 - 1814, vice-président du Sénat Conservateur (22 décembre 1802), gouverneur des Invalides (23 avril 1804 - 27 décembre 1815), commandant général de la Garde nationale de Paris (3 septembre 1809 - 22 avril 1814), Pair de France (4 juin 1814, 2 juin 1815 (Cent-Jours), rayant de la chambre des pairs (juillet 1815), comte-pair le 31 août 1817, lettres patentes du 14 avril 1818),

De gueules, au lévrier assis d'argent ; au canton des Comtes Sénateurs brochant.[5],[16]

Inspecteurs et Colonels-Généraux Modifier

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason à dessiner
Honoré Joseph Antoine Ganteaume, Inspecteur des Côtes de l'Océan,

D'azur à la frégate pavoisée aux couleurs françaises, adextrée d'une frégate du même plus petite et senestrée d'un brick soutenu d'une mer en champagne ; le tout d'argent, surmonté d'une étoile aussi d'argent chargée d'un B de gueules ; au canton des comtes militaires entouré d'une filière d'argent brochant.[16],[26]

Orn ext Duc de l'Empire GCLH
Blason Denis Decrès (1766-1820)
Denis Decrès, Inspecteur des Côtes de la Méditerranée,
    • Armes de Comte de l'Empire : D'azur, à trois croissants d'argent, à une ancre d'or brochante, au canton des Comtes Ministres brochant.[5]
    • Armes de Duc de l'Empire : D'azur, à trois croissants d'argent, et une ancre d'or, brochant sur le croissant en pointe, au chef de gueules, semé d'étoiles d'argent.[5],[6],[16]
Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason à dessiner
Charles Henri Ver-Huell, Inspecteur général des Côtes de la mer du Nord (1813), puis, premier inspecteur général de la Marine (1814),

Écartelé : au 1, de gueules, à l'ancre d'argent au 2, d'azur, à trois crampons d'argent ; au 3, d'or, à la barre de sable, chargée de trois coquilles d'argent ; au 4, d'or, à trois fermaux antiques de sable ; au canton des comtes militaires brochant.[27],[28],[29]

Orn ext comte de l'Empire GCOR
Blason Jean-Guillaume de Winter (1761-1812) 1811
Jean-Guillaume Winter (1761-1812), général de brigade (1794), vice-amiral (1795), maréchal de Hollande (1806), inspecteur général des côtes de la mer du Nord (grand officier de l'Empire : 1811), comte de Huessen par lettres du roi de Hollande (4 mai 1810), comte Winter et de l'Empire (décret du 11 janvier 1811, lettres patentes du 9 mai 1811), grand-croix de l'ordre de l'Union, officier de la Légion d'honneur, grand-croix de l'ordre de la Réunion, chevalier de l'Ordre de l'Aigle d'or,

Écartelé : au 1er, des comtes militaires ; aux 2e et 3e, d'argent au tronc de chêne au naturel, soutenu de sinople, chargé à dextre de trois glands et à senestre de trois feuilles, le tout du même ; au 4e, de sinople au vaisseau[n 1], les voiles ployées, d'or[30],[31],[6].

Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason à dessiner
Nicolas Marie Songis des Courbons, Inspecteur de l'Artillerie,

Écartelé : au I, du quartier des comtes militaires ; au II, de sable à une colombe d'argent ; au III, d'argent à une serpent d'or entortillé autour d'un obélisque de sable ; au IV, d'azur au canon d'or sur une terrasse isolée d'argent.[16]

Armes du comte Dejean et de l'Empire (1er juin 1808)

D'argent au griffon essorant de sable au comble d'azur chargé à sénestre de deux étoiles et d'un croissant d'or et à dextre du quartier des comtes ministres.[23],[32],[33]

Nuvola apps important.svgOn trouve sur sa sépulture[34] (plaque apposée par le Souvenir français en 2003) un quartier des comtes sénateurs[4], ce qui semble être une erreur : Dejean est fait comte de l'Empire le 1er juin 1808[35] (il est alors ministre de l'administration de la Guerre : 1802-1810), mais n'est reçu au Sénat conservateur que le 5 février 1810, soit deux ans plus tard.
Orn ext Maréchal-comte de l'Empire GCLH
Blason Laurent Gouvion-Saint-Cyr (1764-1830)
Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, Colonel général des Cuirassiers,

Coupé, au I, parti du quartier des Comtes militaires de l'Empire entouré d'une filière d'argent et d'azur à une étoile d'or ; au II, de sable.[5],[16]

Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason à dessiner
Louis Baraguey d'Hilliers, Colonel général des dragons (6 juin 1804),

Ecartelé : au I, du quartier des comtes militaires de l'Empire ; au II, d'argent au cheval saillant de sable ; au III, de gueules semé d'étoiles d'argent ; au IV, d'azur à un casque de dragon d'or taré de profil.[16],[19]

Jean Andoche Junot, Colonel général des Hussards,

Écartelé : au premier de sable à trois corbeaux et à trois étoiles, le tout d'argent, les corbeaux posés un, deux, les étoiles deux et une ; au deuxième d'azur au palmier d'or, soutenu d'un croissant d'argent ; au troisième d'azur au vaisseau à trois mâts d'or, soutenu d'une mer d'argent ; au quatrième de sable au lion rampant d'or, tenant de sa dextre une épée haute d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[6],[16],[24]

Emmanuel de Grouchy, Colonel général des Chasseurs à cheval,

D'or, fretté d'azur ; sur-le-tout d'argent, à trois trèfles de sinople ; au canton des Comtes Militaires de l'Empire brochant.[5],[16]

Grands Officiers civils de la Couronne Modifier

Figure Blasonnement
Blason Joseph Fesch Joseph Fesch, Grand aumônier de l'Empire (2 février 1805),

D’azur à l’aigle d’or, les ailes étendues empiétant un foudre du même, le foudre chargé d’un médaillon ovale d’argent surchargé d’un F de sable. L'écu est surmonté du chapeau de cardinal à trente houppes, d’une croix latine (croix archiépiscopale) ainsi que d'une couronne fermée de prince souverain, le tout inscrit dans un manteau impérial de pourpre (gueules) semé d’abeilles d’or et doublé d’hermine[36].


150 px
  1. Gérard Christophe Michel Duroc, Grand maréchal du Palais (début an XIII (1804) - 1813),
    Écartelé : aux premier et quatrième d'or au château de trois tours donjonnées de gueules, fermées, ajourées et girouettées de sable ; aux deuxième et troisième d'azur au cavalier armé de toutes pièces, tenant de la dextre un sabre nu, le tout d'argent ; sur le tout de sinople, au rocher d'or mouvant de la pointe, surmonté en chef d'une étoile d'artent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[16]
  2. Henri Gatien Bertrand, Grand Maréchal du Palais (1813),
    Ecartelé : au I, du franc-quartier des Comtes militaires de l'Empire ; au II, d'or, à un soleil d'azur ; au III, d'or, au palmier de sinople, issant de la pointe et fruité du champ ; au IV, d'azur, au crequier d'or.[5],[6]
Coat of Arms of Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (Empire)

190px
  1. Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, Vice-Grand-Électeur (1807), Grand Chambellan (1804-1809),
    Parti : au I de gueules aux trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (Talleyrand-Périgord) ; au II d'or au sanglier sanglier passant de sable chargé sur le dos d'une housse d'argent (Bénévent) ; au chef des Princes souverains d'Empire brochant sur la partition. Re que Diou : RE QUE DIOU.[4],[5],[6],[7],
  2. Elisabeth Pierre de Montesquiou Fezensac, Grand Chambellan (1809-1814),
    D'or à deux tourteaux de gueules, posés en pal ; au canton des Comtes Membres de Collège électoral brochant. L'écu posé sur les insignes de Grand chambellan de France. Toque de Comte de l'Empire, manteau des sénateurs de l'Empire[5],[16],[37].
Armand Augustin Louis de Caulaincourt, Grand écuyer de l'Empire (10 juillet 1804 - 1814), Grand maréchal du Palais (25 mai 1813 - 1814), Pair de France (2 juin 1815 (Cent-Jours)),

De sable coupé d'or, l'or chargé d'un sauvage de gueules, appuyé sur une massue de sable et tenant sur le poing dextre un coq du même ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[4],[5],[16]

Coat of Arms of Louis-Alexandre Berthier Louis-Alexandre Berthier, Vice-Connétable de l'Empire, Grand veneur,

D'or, parti d'un trait, au premier, bras armé d'azur, rehaussé d'or, semé d'abeilles aussi d'or, tenant une épée haute en pal de sable, et chargé d'un bouclier de sablé au W d'or, à l'orle du même, entouré de la devise suivante : COMMILITONI VICTOR CÆSAR ; chef de grand dignitaire de l'Empire (Wagram) ; au deuxième, pal de gueules, chargé de trois chevrons d'argent ; chef de prince souverain (d'azur à l'aigle d'or, les ailes étendues, empiétant un foudre du même) (Neufchâtel).[4],[5],[6]

Article détaillé : Armorial de la Famille Berthier.
Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason à dessiner
Louis-Philippe de Ségur, Grand maître des cérémonies de France,

Armes du Comte de Ségur et de l'Empire : Écartelé : au 1, du quartier des Comtes conseiller d'État de l'Empire ; au 2 et 3 de gueules au lion d'or ; au 4 d'argent plain[7],[37],[38].

Nota. LL. Exc. le Grand Chancelier et le Grand Trésorier de la Légion d'honneur ont le rang et jouissent dans toutes les circonstances des distinctions et des honneurs, tant civils que militaires, des Grands Officiers de l'Empire.

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire GCLH
Blason Bernard Germain de La Ville-sur-Illon (1756-1825) Comte de Lacépède
Bernard Germain Etienne de La Ville-sur-Illon, premier grand chancelier de la Légion d'honneur (1803),

Écartelé ; au premier des comtes-sénateurs ; au deuxième, de gueules à trois barres d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles du second ; au troisième bandé d'azur et d'or de six pièces à la bordure de gueules, au franc-canton d'argent; au quatrième d'or, à une bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (qui est de Lorraine ancien[7]) ; sur le tout, en abîme, d'or à la croix de gueules au chef de sinople, à la bande d'argent, chargée de trois roses de gueules.[33],[9],[7],[4]

Jean François Aimé Dejean, Grand trésorier de la Légion d'honneur (1803),

D'argent, à un griffon de sable, au chef d'azur, ch. d'un croissant d'or, entre deux étoiles du même ; au canton des comtes sénateurs brochant.[4],[6],[8],[23]

La Noblesse d'Empire Modifier

  1. Article détaillé : Armorial des princes de l'Empire.
  2. Article détaillé : Armorial des ducs de l'Empire.
  3. Article détaillé : Armorial des comtes de l'Empire.
  4. Article détaillé : Armorial des barons de l'Empire.

Autres personnalités nobles et notables du Premier Empire Modifier

Figure Blasonnement
Blason à dessiner André Pierre Étienne Abrial (5 décembre 1783 - Paris2 décembre 1840 - Paris), 2e comte Abrial, Pair de France (succession de son père), auditeur près le ministre de la Justice (an XIII). auditeur hors du Conseil, à Venise (1806), commissaire général de police à Lyon (1811), baron d'Empire, préfet du Finistère (1813), Maître des requêtes (honoraire) au Conseil d'État (1814), Préfet de l'Ain (1815, non installé), Préfet du Gers (20 avril au 9 juillet 1815), Maître des requêtes au Conseil d'État (1818),

D'argent, au chêne terrassé de sinople, au chef d'azur, chargé d'un soleil d'or.[6]

Orn ext prince italien GCOR
Blason fam it Altieri
Paluzzo, prince Altieri (Rome, 13 juillet 1760Rome, 10 janvier 1834), Grand-croix de l'ordre de la Réunion (22 février 1812)[39], Grand-croix de l'ordre de Charles III d'Espagne[40], Grand-croix de l'ordre de Saint-Étienne de Hongrie[40].

D'azur à six étoiles (8 rays) d'argent à la bordure émanchée d'azur sur argent[6],[41],'[42],[43].

Rangkronen-Fig. 18
Blason Rodolphe II de Nidau
Charles Philippe Alexandre d'Arberg de Valangin (1776-1814), auditeur au Conseil d'État, préfet des Bouches-du-Weser, chambellan de l'Empereur, comte d'Arberg, de Valangin, et du Saint-Empire[44],[45] (1813-1814), comte de l'Empire[réf. à confirmer][46], Officier de la Légion d'honneur (juillet 1811)[47],[44], Grand-croix de l'ordre de la Réunion (22 février 1812)[48],[44]

De gueules au pal d'or chargé de trois chevrons de sable[6]

Orn ext chevalier de l'Empire CLH
Blason à dessiner
Jean-Baptiste Augier (25 janvier 1769 - Bourges3 septembre 1819 - Bourges), Général de brigade (21 janvier 1794), Légionnaire (Année invalide (an XII)), puis, officier (Année invalide (an XII)), puis, Commandant de la Légion d'honneur (décret du Premier consul du Année invalide (an XII) (14 juin 1804)), Chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis (ordonnance royale du 8 juillet 1814), Chevalier de l'Empire (décret impérial du 14 décembre 1809, Baron (Ordonnance royale du 31 décembre 1814, confirmé baron héréditaire par lettres patentes du 1er février 1817 avec règlement d’armoiries), Député du Cher (1813-1819),

D’azur, à la tour d’argent, accostée en pointe d’un chien couché du même, regardant une tige de lis d’argent, terrassée de sinople ; au chef de gueules, chargé de deux étoiles d’argent.[6],[24]

Orn ext prince italien GCOR
Blason fam it Borghese
Francesco Borghèse (9 juin 1776 - Rome29 mai 1839 - Rome), colonel (25 juin 1808), général de brigade (2 janvier 1812), admis en retraite avec le grade de lieutenant-général (2 septembre 1830), Prince Aldobrandini, prince Borghese (1832), 7e prince de Sulmona (1832), prince de Rossano (1832), Grand-croix de l'Ordre de la Réunion (3 avril 1813), grand dignitaire de l'ordre de la Couronne de fer d'Italie, Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (24 octobre 1814), Premier Écuyer de l'Empereur (1812), Grand d'Espagne de 1re classe,

D'azur, à un dragon ailé d'or (Borghesi), au chef du même, chargé d'une aigle de sable, becquée, membrée et couronnée du second (Saint-Empire).[6]

Lazare Nicolas Marguerite Carnot (13 mai 1753 - Nolay (province de Bourgogne) ✝ 2 août 1823 - Magdebourg), général de division (Cent-Jours), ministre de l'Intérieur (20 mars - 22 juin 1815), comte Carnot et de l'Empire (20 mars 1815 : « Le général Carnot, [...], ne porta jamais ce titre de comte et ne retira pas les lettres patentes de la chancellerie. »[49]), grand-croix de la Légion d'honneur (Cent-Jours),

D'azur, à trois merlettes d'or, 2, 1, surmontées en chef d'une étoile d'argent.[49],[50]

Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français
Blason fam fr Clary
Joseph Nicolas Clary (1760-1823), pair des Cent-Jours (2 juin 1815), comte de l'Empire (4 juin 1815),

D'or, à l'aigle de sable, au chef d'azur, ch. d'un soleil d'or[6].

Ou 
D'or, à une aigle au vol abaissé de sable, becquée et membrée de gueules, et un chef d'azur, chargé d'un soleil d'or que l'aigle regarde[6].
Orn ext comtesse de l'Empire
Blason à dessiner
Edeline, Louise, Hélène de Freteau (1789 - Vaux-le-Pénil20 novembre 1838), veuve du général Eblé (titre de comtesse accordé par décret du 8 janvier 1813 (lettres patentes du 8 avril 1813, Saint-Cloud).

Ecartelé d'azur et de gueules, à la croix d'or brochant sur le tout cantonnée au premier du signe des comtes tirés de l'armée, au deuxième deux épées en sautoir d'argent montées d'or ; au troisième d'un lion rampant d'or ; au quatrième de trois épis de blé noués d'or.[33]


Louis-Auguste Victor de Ghaisne de Bourmont (2 septembre 1773 - Château de Bourmont, Freigné27 octobre 1846 - Château de Bourmont, Freigné), comte de Bourmont, baron de Bourmont et de l'Empire, Commandeur de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1817), Pair de France (baron-pair le 9 octobre 1823, lettres patentes du 26 janvier 1828), Grand-croix de la Légion d'honneur (1825), Gentilhomme de la chambre du roi de France (1828), ministre de la guerre (1829), Maréchal de France (1830),

Écartelé : aux 1 et 4, vairé d'or et d'azur (Ghaisne), au canton de sable chargé d'un chef d'argent (Gand) ; aux 2 et 3, fascé de vair et de gueules (Coucy). Supports: deux lions, tenant chacun une bannière, celle à dextre aux armes de Ghaisne, celle à senestre aux armes de Gand.[6],[23]

Pierre Paul Alexandre Gilbert de Voisins (Château de Grosbois, 23 avril 1773Paris, 20 avril 1843)
Pendant les Cent-Jours 
premier président à la « cour de Paris », conseiller d'État, commandeur de la Légion d'honneur, pair des Cent-Jours (2 juin) et comte de l'Empire (4 juin 1815),

D'azur, à la croix engrêlée d'argent, cantonnée de quatre croissants d'or[6].

Heraldique couronne comte français
100px
Joseph Léopold Sigisbert Hugo (15 novembre 1773 - Nancy29 janvier 1828 - Paris), Comte en Espagne (janvier 1810), Colonel (Royaume de Naples, le 28 février 1808), Maréchal de camp (Royaume d'Espagne, le 20 août 1809), lieutenant général (honoraire, le 23 mai 1825), Officier de la Légion d'honneur (14 février 1815), Chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis (27 novembre 1814), Commandeur de l'Ordre des Deux-Siciles, Commandeur de l'Ordre royal d'Espagne,

D'azur au chef d'argent chargé de deux merlettes de sables.[6]

Heraldique couronne comte français
Blason fam fr La Tour d'Auvergne d'Apchier
Godefroy Maurice Marie Joseph, prince de La Tour d'Auvergne d'Apchier (Paris, 20 novembre 1770Paris IIe (ancien), 31 mars 1849), Colonel du régiment de La Tour d'Auvergne (30 septembre 180517 mai 1808), Chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis (7 mars 1815),

Écartelé au 1 d'azur semé de fleurs-de-lis d'or à une tour d'argent maçonnée de sable brochant sur le tout (de la Tour) au 2 d'or à trois tourteaux de gueules (Boulogne) au 3 coticé d'or et de gueules (Turenne) au 4 d'or à un château de trois tours de gueules ajouré coulissé et maçonné de sable la tour du milieu plus élevée et accostée de deux haches d'armes d'azur (Apchier) Sur le tout parti a d'or à un gonfanon de gueules frangé de sinople (Auvergne) b d'argent à la fasce de gueules (Bouillon)[6]

Orn ext comtesse de l'Empire
Blason à dessiner
Titre de comtesse accordé à Marie, Caroline de Perron de Saint-Martin (née le 2 janvier 1788 à Turin), veuve, et Titre de comte accordé à Etienne, Aimé Vincent de Margnolas (né le 12 octobre 1809 à Paris), fils unique d'Etienne Vincent de Margnolas, par décret du 4 mai 1809. Les Tuileries (16 décembre 1810).

Ecartelé, au premier des comtes conseillers d'État, au deuxième d'argent à la tour d'azur, crénelée de trois pièces ouverte du champ, ajourée et maçonnée de sable, surmontée d'un soleil d'azur et accompagnée de deux grappes de raisin de pourpre tigée et feuillée de sinople ; au troisième à l'écureil assis au naturel soutenu de sinople ; au quatrième, contre écartelé au premier et quatrième losangé d'azur et d'or au deuxième et troisième de gueules plein.[33]

French heraldic crowns - duc v2
100px
Charles-Albert Henri de Perregaux[51] (8 avril 1757 - Neuchâtel18 décembre 1831 - Neuchâtel), officier (en France de 1770 à 1792), conseiller d'État et colonel des milices de Neufchâtel, créé duc neuchâtelois par Berthier (lettres patentes du 15 juin 1808),

D'argent à trois chevrons de sable.[51]

Alphonse Perregaux (1785-1841), auditeur des finances au conseil d'État, comte Perregaux et de l'Empire (avec institution de majorat accordée par lettres patentes du 21 décembre 1808, à Madrid), pair des Cent-Jours,

Parti d'azur et de gueules, coupé d'argent ; le gueules à la bande échiquetée d'or et d'azur, l'argent aux trois chevrons de sable superposés.[33].

150 px Nicolas Ponsardin (1747-1820), important négociant de Reims, premier président du Tribunal de commerce de Reims, maire de Reims, Député de la Marne, membre du conseil général de la Marne. Père de la célèbre Madame Veuve Clicquot-Ponsardin.

Fait baron d'Empire et chevalier de la Légion d'honneur par Napoléon Ier en 1813.

D'argent à la fasce d'azur, chargée d'une sardine d'or, accompagnée en chef d'une muraille crênelée de sable, adextrée d'une tour carrée, et en pointe d'un pont à trois arches du même, soutenu d'une rivière de sinople [52].

150 px Claude Testot-Ferry (1773 - 1856), Colonel major au 1er régiment des éclaireurs de la Garde impériale (1813), Baron de l'Empire,

d'azur à la fasce d'or accompagnée en chef d'une tête de profil casquée d'or accostée de deux étoiles d'argent et en pointe d'un lion passant d'or, armé et lampassé de gueules tenant dans sa patte dextre une épée d'argent

POL COA Świnka Józef Zajączek (1752 - 1826), général de division, baron de l'Empire ou « comte Zayonchek et de l'Empire » (30 juin 1807), membre (19 frimaire an XII), puis commandant de la Légion d'honneur (25 prairial an XII), croix de commandeur (IIe classe) de la Virtuti Militari (1807),

Pologne - Les armes de Świnka : De gueules à un bras posé en bande paré d'azur empoignant la mâchoire inférieure d'une hure de sanglier de sable Casque couronné[6].

Cimier 
Cimier une femme issante habillée de sinople les cheveux épars les mains croisées sur la poitrine.

Les Bonnes villes de l'Empire Modifier

Article détaillé : Armorial des communes d'Empire.

Notes et références Modifier

  1. Selon Rietstap, le vaisseau était un vaisseau de trois mâts les voiles fermées les pavillons flottant à senestre le tout d'or.
  1. 1,0, 1,1 et 1,2 ARMORIAL DU PREMIER EMPIRE, Par Philippe LAMARQUE, Index armorum : Michel POPOFF, Iconographie : Gregor JAKUBOWSKI – BARTHEL de WEYDENTHAL, Editions du Gui, page 21
  2. Symbolique des armes impériales sur www.napoleon.org
  3. Bulletin des lois - France - Google Livres , Publié par Imprimerie impériale, 1809
  4. 4,00, 4,01, 4,02, 4,03, 4,04, 4,05, 4,06, 4,07, 4,08, 4,09, 4,10, 4,11, 4,12, 4,13, 4,14, 4,15, 4,16, 4,17, 4,18, 4,19, 4,20, 4,21, 4,22, 4,23, 4,24, 4,25, 4,26, 4,27, 4,28 et 4,29 Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, 1854, 340 p. [lire en ligne (page consultée le 16 nov. 2009)] 
  5. 5,00, 5,01, 5,02, 5,03, 5,04, 5,05, 5,06, 5,07, 5,08, 5,09, 5,10, 5,11, 5,12, 5,13, 5,14, 5,15, 5,16, 5,17, 5,18, 5,19, 5,20, 5,21, 5,22, 5,23, 5,24, 5,25, 5,26, 5,27, 5,28, 5,29, 5,30, 5,31, 5,32, 5,33, 5,34, 5,35, 5,36, 5,37, 5,38, 5,39, 5,40, 5,41 et 5,42 Source : www.heraldique-europeenne.org
  6. 6,00, 6,01, 6,02, 6,03, 6,04, 6,05, 6,06, 6,07, 6,08, 6,09, 6,10, 6,11, 6,12, 6,13, 6,14, 6,15, 6,16, 6,17, 6,18, 6,19, 6,20, 6,21, 6,22, 6,23, 6,24, 6,25, 6,26, 6,27, 6,28, 6,29, 6,30, 6,31, 6,32, 6,33, 6,34, 6,35, 6,36, 6,37, 6,38 et 6,39 Rietstap 1884.
  7. 7,0, 7,1, 7,2, 7,3, 7,4, 7,5 et 7,6 Source : Armorial de l'Empire français - par M. Alcide Georgel - 1870. L'Institut, L'Université, Les Ecoles publiques. Texte téléchargé depuis le site de la Bibliothèque Nationale de France.
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3, 8,4, 8,5 et 8,6 Classement hiérarchique des personnages présentés sur napoleon-monuments.eu
  9. 9,0, 9,1 et 9,2 Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, 1894 [lire en ligne (page consultée le 16 nov. 2009)] 
  10. Jean-Jacques de Cambacérès sur roglo.eu
  11. A. de Revérand, E. Villeroy, Album des armoiries concédées par Lettres-patentes de Napoleon Ier, 1808-1815 cité dans Giacomo Bascapè; Marcello Del Piazzo, Insegne e simboli. Araldica pubblica e privata medievale e moderna, Roma, Ministero per i beni e le attività culturali, 2009. ISBN 88-7125-159-8 pag. 793.
  12. Borghese Sulmona sur www.heraldique-europeenne.org
  13. www.histoire-empire.org
  14. Napoléon le fit prince-souverain de Sievers, principauté polonaise que géraient les évêques de Cracovie. Lannes ne porta ce titre que dans l’administration de cette principauté.
    Sources 
  15. Max Reyne, Les 26 maréchaux de Napoléon : soldats de Révolution, gloires de l'Empire, Éditions Créations, 1990, 287 p. (ISBN 2908298007) [lire en ligne (page consultée le 21 déc. 2009)] 
  16. 16,00, 16,01, 16,02, 16,03, 16,04, 16,05, 16,06, 16,07, 16,08, 16,09, 16,10, 16,11, 16,12, 16,13, 16,14, 16,15, 16,16, 16,17, 16,18, 16,19, 16,20, 16,21, 16,22, 16,23, 16,24, 16,25, 16,26, 16,27, 16,28, 16,29 et 16,30 La noblesse d'Empire sur http://thierry.pouliquen.free.fr
  17. Testu, Almanach impérial pour l'année 1810 : présenté à S.M. l'Empereur et Roi par Testu, Paris, Testu, 1810 [lire en ligne (page consultée le 2 octobre 2009)] 
  18. Nicolas-Jules-Henri Gourdon de Genouillac, Recueil d'armoiries des maisons nobles de France, t. 1830, E. Dentu, 450 p. [lire en ligne (page consultée le 5 octobre 2009)] 
  19. 19,0, 19,1, 19,2 et 19,3 Source: Armorial du Premier Empire, Vicomte Albert Révérend, Comte E. Villeroy
  20. runeberg.org
  21. Louda 1981, p. 67
  22. Source : www.lillempire.fr : Lille et le Nord, du Consulat au Second Empire
  23. 23,0, 23,1, 23,2, 23,3, 23,4, 23,5, 23,6, 23,7 et 23,8 Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org
  24. 24,0, 24,1 et 24,2 Source : lesapn.forumactif.fr, Les Amis du Patrimoine Napoléonien
  25. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 6, L'auteur, 1826 [lire en ligne (page consultée le 18 déc. 2009)] 
  26. Nobiliaire de Provence : Armorial général de la Provence, du Comtat Venaissin, de la Principauté d'Orange..., de René Borricand, Editions Borricand, Aix en Provence, 3 vol. : 1974-1976, (ISBN 2853970027) (ISBN 9782853970020) (ISBN 2-85397-002-7) (ASIN B0000E7KFZ).
  27. Source : www.armorial-general.org
  28. Source : www.luz-herald.net
  29. VerHuell sur www.napoleonbonaparte.nl
  30. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées R.C3.A9v.C3.A9rend-1897.2F403.
  31. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Pouliquen2011.
  32. « Jean-François-Aimé Dejean (1749-1824) Comte de l'Empire », sur www.napoleon-empire.net (consulté le 8 mai 2011)
  33. 33,0, 33,1, 33,2, 33,3, 33,4 et 33,5 publication_d0e2252&qid=sdx_q0&fmt=tab&idtoc=BB_29_Test publication-pleadetoc&base=fa&n=1&ss=true&as=true&ai=second|standard| PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).
  34. « jean françois aimé DEJEAN castelnaudary 1749 - paris 1824 comte de l'Empire - général de division du genie - pair de france », sur napoleon-monuments.eu (consulté le 8 mai 2011)
  35. « Jean-François Aimé Dejean », sur roglo.eu (consulté le 8 mai 2011)
  36. J.-F. Jules Pautet Du Parois, Nouveau manuel complet du blason ou Code héraldique, archéologique et historique avec un armorial de l'empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc., etc, Librairie Encyclopédique de Roret, 1854 [lire en ligne (page consultée le 13 juin 2009)] 
  37. 37,0 et 37,1 Source : www.szlachta.org
  38. Trésor héraldique, d'après d'Hozier, Ménétrier, Boisseau, etc... Par A. de La Porte, Membre de plusieurs sociétés historiques et archéologiques, 1864.
  39. Almanach impérial 1813, p. 165 .
  40. 40,0 et 40,1 Marini 1822, p. III.
  41. Araldica Vaticana Clemente X.
  42. Neubecker 1976.
  43. Bunel 2011.
  44. 44,0, 44,1 et 44,2 Delvenne 1828, p. 29 .
  45. Biographie nationale 1866, p. 362.
  46. Gourdon de Genouillac & Hallez-Claparède 1869, p. 12 .
  47. Saint-Allais 1811, p. 78.
  48. Almanach impérial 1813, p. 166.
  49. 49,0 et 49,1
    Source 
    Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, l'Université, les Écoles publiques, 1870 [lire en ligne] 
  50. On trouve aussi :
    • Armes anc.:
      • D'azur, à trois canes d'argent, 2 et 1.
      • D'azur, au chevron d'or, acc. de trois canes d'argent.
      • D'azur, au chevron d'or, acc. de trois merlettes d'argent.
    • Armes mod. (Comte de l'Empire, 1814.)
      • D'azur, à trois merlettes d'argent, 2 et 1, acc. en chef d'une étoile du même.
    • Armes brisées d'une étoile d'argent en chef,
    • et porte encore aujourd'hui :
      • D'azur, à trois merlettes d'argent, et en chef une étoile de même. Supports: deux lions.
    • D'azur, à trois canes d'argent, posées 2 et 1. Ces canes sont devenues des canettes et des merlettes.
    • D'azur, à trois merlettes d'argent, acc. du signe des légionnaires.
    • D'azur, au chevron d'or, acc. de trois canettes d'argent, 2 et 1.
    Source 
  51. 51,0 et 51,1 D'une famille de Neufchâtel, il était le frère de Jean-Frédéric Perregaux (1744-1808), banquier parisien d’origine suisse, régent de la Banque de France, et l'oncle de Alphonse Claude Charles Bernardin Perregaux (1785-1841) chambellan de l'Empereur et comte de l'Empire
    Source 
    www.genea-bdf.org
  52. Source : Grand Armorial de France, tome V, page 330, lignes 4,5 et 6

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Sur les autres projets Wikimedia :


Bibliographie Modifier

Erreur de script
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .