FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fallot, Beaumont et Beaupré.
| colspan="2" align="center" | Fallot de Beaumont de Beaupré, officier de la Légion d'honneur
Fallot de Beaumont de Beaupré, officier de la Légion d'honneur |-
Étienne André François de Paule</br>Fallot de Beaumont de Beaupré
Biographie
Naissance 1er avril 1750
à Avignon (Vaucluse)
Décès 26 octobre 1835
à Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 21 décembre 1782 par le
card. Henri Benoît Stuart
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Vaison
Fonctions épiscopales Évêque de Vaison (1786-1790)
Évêque de Gand (1802-1807)
Évêque de Plaisance (1807-1817)
Archevêque de Bourges
(1813-1815)
Rôles Premier aumônier de Napoléon Ier

100px

Étienne André François de Paule de Fallot de Beaumont de Beaupré, né le 1er avril 1750 à Avignon (Vaucluse), mort le 26 octobre 1835 à Paris, est un ecclésiastique français des XVIIIe siècle et XIXe siècle.

Biographie Modifier

Destiné dès son jeune âge à l'état ecclésiastique, il fut chanoine de la cathédrale d'Agde et grand vicaire de Blois. Il « obtint » en 1781 l'abbaye de Sept-Fontaines, dans le diocèse de Langres, et parvint bientôt à de plus hautes dignités : il fut nommé, le 16 décembre 1782, coadjuteur de Vaison (Comtat Venaissin). Nommé le même jour évêque titulaire de Sebastopolis (Géorgie), il fut consacré dès le 21 décembre par le cardinal Henri Benoît Stuart. Il devint évêque de Vaison en 1786.

Mais l'évêché de Vaison fut supprimé en 1790, et l'évêque fut dénoncé par Bouche à l'Assemblée constituante de 1789 comme s'étant publiquement réjoui de massacres de patriotes.

Mgr Fallot de Beaumont dut se retirer en Italie ; il séjourna pendant plusieurs années dans les États du Pape ; puis il revint en France, et se tint caché à Marseille sous le Directoire.

Le coup d'État du 18 brumaire le rappela aux honneurs. Nommé évêque de Gand[1] par le premier Consul, il passa le 22 mars 1807 à l'évêché de Plaisance, avec une mission secrète de l'Empereur relative aux affaires de l'Italie. Mgr Fallot de Beaumont était tout dévoué à Napoléon Ier. Créé baron de l'Empire le 7 juin 1808, il assista au concile convoqué à Paris en 1811, et fut de la députation des huit prélats envoyés à Savone pour essayer d'arracher au Pape quelques concessions.

En 1813, il fut promu à l'archevêché de Bourges, prêta le serment entre les mains de Impératrice Marie-Louise, alors régente, car le pape ne donnait plus de bulles aux évêques, et s'efforça de ne mécontenter ni le pape ni l'empereur. Aussi fut-il chargé, cette même année, de se rendre à Fontainebleau pour faire à Pie VII des propositions en vue d'un rapprochement  ; mais le pape se montra décidé à n'entrer en pourparlers que lorsqu'il serait de retour à Rome. Une seconde tentative en 1814 n'eut pas de meilleurs résultats.

Titré comte de l'Empire le 10 juin 1814, Mgr Fallot de Beaumont se trouvait à Bourges au moment de la première Restauration ; il officia dans la cathédrale le jour de Pâques et entonna le Te Deum célébrant le retour des Bourbons, puis il quitta son diocèse pour venir à Paris.

Il eut alors, en raison des missions remplies par lui à Plaisance pour le compte de l'Empereur, des difficultés à la cour de Rome : déjà désavoué par le Cardinal Pacca, pro-secrétaire d'État, le pape lui refusa l'agrément pour Bourges, il dut quitter son siège.

Le retour de Napoléon, en mars 1815, donna à Mgr Fallot de Beaumont de nouvelles espérances : premier aumônier de l'Empereur, il fut appelé (2 juin 1815) à faire partie de la Chambre des pairs, dite des Cent-Jours et ce fut lui qui, à la cérémonie du Champ-de-Mai (1er juin 1815), reçut de Napoléon Ier le serment de fidélité à la nouvelle constitution sur les Évangiles.

Lors de la seconde Restauration, il fut obligé de se démettre de son siège (7 mai 1817). Il se fixa alors à Paris, où il vécut jusqu'en 1835, d'une pension de 12 000 francs que le pape lui avait assignée.

L'archevêque de Paris lui administra les derniers sacrements et dit l'absoute à ses obsèques. Mgr Fallot de Beaumont était officier de la Légion d'honneur.

Au cours de son épiscopat, Monseigneur Fallot de Beaumont fut co-consécrateur principal de :

Décorations Modifier

« Sa Majesté Madame l’Archiduchesse, Duchesse de Plaisance, (...) a daigné (le) nommer Commandeur de son Ordre Constantinien Angélique de Saint-Georges (...), preuve de sa satisfaction particulière pour les services qu’il a été dans le cas de rendre au Diocèse de Plaisance durant l’époque qu’il en a occupé le siège épiscopal (...)[2]. »

Titres Modifier

Hommage, Honneurs, Mentions,... Modifier

Autres fonctions Modifier

Armoiries Modifier

« Armes des Fallot de Beaumont de Beaupré sous l'Ancien Régime : D'azur, à une croix de Jérusalem d'argent. Couronne de marquis. Supports: deux lions[3]. »

« Armes de Comte de l'Empire : Coupé : au I, parti des Comtes archevêque et d'azur à la croix potencée d'argent cantonnée de quatre croisettes de même ; au second d'or à deux lions adossés de sable.[4] »

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Bibliographie Modifier

Notes et références Modifier

  1. Il y érige alors plusieurs congrégation nouvelles, comme les Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie
  2. Source : gen.declercq.free.fr.
  3. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  4. Nobiliaire de Provence : Armorial général de la Provence, du Comtat Venaissin, de la Principauté d'Orange..., de René Borricand, Editions Borricand, Aix en Provence, 3 vol. : 1974-1976, (ISBN 2853970027) (ISBN 9782853970020) (ISBN 2-85397-002-7) (ASIN B0000E7KFZ).
Précédé par Étienne André François de Paule Fallot de Beaumont de Beaupré Suivi par
Ferdinand-Marie de Lobkowitz
Évêque de Gand
1802-1807
Maurice de Broglie
Erreur de scriptde:Étienne André François de Paule Fallot de Beaumont de Beaupré

nl:Etienne Fallot de Beaumont

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .